Le Japon : mythe et réalité

Le mythe est immense autour du Japon et à bien des égards le Japon a de quoi faire rêver. Car oui, quand on pense au Japon, on pense sagesse bouddhique, zénitude, samouraïs, élégance des jardins japonais, cérémonie du thé, geishas, spiritualité, modernité, intelligence, richesse….

Et bien au bout de 5 semaines, 350 km de randonnée pédestre, 1 900 km de chemin de fer parcourus, le Japon a perdu de sa superbe, en tout cas à nos yeux de jeunes voyageurs. En effet, nos discussions avec des locaux occidentaux mariés à des locaux japonais, nos regards curieux et observateurs sur les autochtones, et nos échanges avec eux, nous ont confirmé nos impressions…

  • A commencer par la spiritualité. Les japonais ne la pratiquent pas ou en tout cas plus. Les temples nécessitent tout un rite comme se laver les mains, se déchausser, faire des courbettes avant d’entrée, ne pas parler, les coutumes sont restées, mais la spiritualité n’est pas perceptible. Ou alors dans des hauteurs qui nous sont inatteignables…
  • La société japonaise est très automatisée, à l’image d’un univers Playmobil. Car l’éducation japonaise n’apprend pas à réfléchir mais à être et à faire nous dit-on. C’est pourquoi nous verrons les japonais toujours extrêmement souriants, à faire des courbettes pour dire bonjour, merci, au revoir, à faire des gestes répétitifs et à dire les mêmes choses à longueur de journée, que ce soit la caissière, le chauffeur de bus, l’hôtesse d’accueil, le policier, le garde de sécurité …De prime abord c’est plutôt sympathique d’ailleurs, en plus ils n’ont pas l’air stressé, et sont souriants à s’en décrocher les mâchoires. Chacun a des tâches bien définies mais n’en dépasse surtout pas les bornes. A force, on se rend bien compte qu’il s’agit plus de robotisation que de zénitude….
  • Et les consignes sont tellement respectées, que l’enfreindre est pour le japonais inconcevable. Il ne sait d’ailleurs pas réagir face à une situation différente de celle qu’il a apprise. Par exemple, si on ne veut ni aller à droite, ni à gauche, mais au centre par exemple, et si le japonais n’a pas appris à aller au centre, il ne saura pas dire que c’est tout droit, il dira que c’est mieux d’aller à droite ou à gauche. Parce qu’en plus le japonais ne dit jamais non… Et cela se vérifie dans leur quotidien. Les passages piétons ne sont pas traversés si l’indicateur n’est pas vert, même s’il n’y a pas de voitures. Les personnes « affaiblis » (âgées, handicapées, femmes avec enfants, femmes enceintes) ont des places destinées dans les bus, métro. Mais si elles sont prises, à aucun moment elles ne vont s’intéresser aux autres places. Etc… Tout est prévu, tout à 1 solution unique et chaque japonais fait ce qu’il doit faire. On vous laisse imaginer dans les entreprises….
  • A ce propos, dans les entreprises, il paraît qu’une décision est très longue à être prise, cela peut prendre 6 mois quand ça prend 2 heures ailleurs. Les japonais travaillent énormément, 15h/jour est un lot commun, et ils ne peuvent pas remettre en question une décision hiérarchique. Les femmes ne sont pas les bienvenues dans les entreprises, elles sont destinées à s’occuper de la famille et de leur mari.
  • L’architecture des villes japonaises, on vous en parle ? Allez ! Si la beauté du Pavillon d’Or à Kyoto est incontestable, celle du Japon dans son ensemble nous semble plutôt parcellaire. Tout est dans le cadrage photographique. Le Japon a terriblement souffert des bombardements de la seconde guerre mondiale et les japonais n’ont pas un rapport à la conservation du patrimoine identique à la nôtre, ni le même goût du décor. Pour ceux qui connaissent, les villes ressemblent à peu près toutes au quartier de la gare Part Dieu de Lyon. L’ensemble est donc plutôt… tristounet…
  • Tristounet comme les rues, où les enfants en uniforme, ne font pas un bruit, les adultes ne haussent pas le ton, ni ne parlent dans les lieux publics. Et les week-ends, les rues sont calmes, pas de cris d’enfants, ni d’aboiements de chiens, les japonais ne vivent pas dehors, pourtant le climat le leur permettrait. On nous dit qu’ils regardent beaucoup la télé qui diffuse des émissions sur le Japon qui est le meilleur pays du monde…Et vu que les japonais sont peu nombreux à voyager …

Stop ! Assez de ce sombre visage du Japon ! Parlons à présent de choses plus positives, non ?!

  • L’élégance japonaise est de rigueur. Les japonais font attention à leur apparence. Cela est sans doute lié au port de l’uniforme dès le plus jeune âge. Adulte, nombreux sont ceux qui portent un uniforme lié à leurs fonctions. Et c’est pourquoi aussi, on nous regarde bizarrement, avec nos godillots, nos vêtements sports dépareillés et nos cheveux en vrac.
  • La nature japonaise y est magnifique, luxuriante, pleine de couleurs et d’élégance. Les jardins sont faits avec beaucoup de goût. Là-dessus, il n’y a rien à dire, c’est magnifique, splendide, beau, majestueux.

Voilà, c’est tout.

Alors, vous l’aurez compris, le Japon ne répond donc pas à la totalité de nos aspirations initiales. Mais en revanche y rester 2 mois nous permet de creuser la société japonaise, de mieux l’appréhender, de la comprendre, de la saisir et d’en apprécier ses multiples aspects, et en cela ce voyage au Japon nous apporte beaucoup car il nous permet de revisiter nos propres ordinaires et nos évidences.

 

14 thoughts on “Le Japon : mythe et réalité

  1. Yes, we foreigners over romanticize Japan, although never being in Japan, after 12 year under the teachings from a Japanese Sensei, all my romanticism went away, and understood life must be very hard for most Japanese people, their life so full of rules of etiquette, and proper behavior.
    Today, social critics in Japan decry the diminishing influence of Giri (Duity) on shinjinrui, the new generations of Japan, who pursue an individualistic path in life that seems quite disparate from traditional Japanese culture.
    I have no desire left in me to live there, visiting maybe…But I have no illusions left, however I must say to have great admiration for their accomplishments, and the subtleties of Japanese culture, not easy to grasp to the inexperienced foreign eye, and mind, that have added a whole new dimension to my outlook in life.

    Aimé par 1 personne

    1. Thank you for your comment ! You’re our first english comment and we are very happy to read it ! Japan is over romanticized for foreigners, you’e right. We do not know if the new generation will do it differently. To know, the best way is to come back in a few years ! Have a nice day ! And thank you again.

      J'aime

  2. Salut les randonneurs-voyageurs !! Toujours autant dans la transparence, vos commentaires sont très enrichissants car ils reflètent sans filtre votre émotion. Ce voyage vous marquera à vie !!!

    Je vois que les fans sont de plus en plus nombreux. Bravo !

    Bonne continuation …

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour les amis ,
    Je vous envie assez régulièrement de pouvoir effectuer ce beau périple … profitez !
    Merci pour vos avis et commentaires : finalement , je crois qu’à choisir , je préférerais visiter la Chine … au Japon !
    C’est en tous cas , formidable de nous faire partager votre aventure .
    Heureuse aussi sur vous soyez en pleine forme 😉
    Je vous embrasse .
    Sophie

    Aimé par 1 personne

  4. Bonsoir,

    D’après la description que tu fais du quotidien japonnais, j’aime autant habiter en France même si on se plaint tout le temps …
    Etre tellement robotisée que tu ne peux même plus réfléchir, travailler 15 heures par jour (enfin pas moi puisque je suis une femme !), habiter dans des villes aussi moches que la Part Dieu, ça ne fait vraiment pas envie.
    Heureusement qu’il y a quand-même de belles choses.

    Continuez bien à nous faire découvrir tous ces pays. C’est très enrichissant.

    Bises.

    Aimé par 1 personne

  5. Ce récit me rappelle « Stupeur et tremblement » d’Amélie Notomb et aussi  » dormez braves gens tout est sous contrôle »
    Propreté, contrôle, rigueur mais peu de place pour la fantaisie et les libertés individuelles. Cela dit, 15 H de travail quotidien, ça calme !
    Je lis « Notre vie dans les forêts » de Marie Darrieussecq, i y a de cela dans la société décrite par l’auteur.
    Bonne suite

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s