Londres 1985

Suppose que l’oubli n’existe pas
Sois constant au temps
Suppose que le temps n’existe pas
Alors rappelle-toi
… au vide suspendu
Je me souviens
De quoi
De qui
Et toi
Les lions fondus des navires français
Nos légendes s’écrivent depuis toujours
Ta tête se tourne et se retourne
Depuis je te suis
Je succombe à l’invitation d’un poète persan
Suppose que tu n’existes pas, et sois libre

Londres – 1985
Lyon – 2017

Eugène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s